Rumeurs et menaces en Irak: Américains, Allemands et Néerlandais prennent des précautions

eclair001.pngLe département d'Etat américain a ordonné ce mercredi le départ d'Irak des fonctionnaires fédéraux employés dans les services non urgents de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad et du consulat américain à Erbil. Cette mesure intervient dans un contexte de tensions accrues avec l'Iran. Voir le communiqué du DoS ici.

Les forces américaines avaient été placées en "état d'alerte avancée" en raison de "possibles menaces imminentes" contre elles, dès mardi.

Pour sa part, "la Bundeswehr a suspendu sa formation" au profit des forces irakiennes, a déclaré le porte-parole du ministère allemand de la Défense, Jens Flosdorff, en réponse à une question sur l'attitude de l'Allemagne en Irak. Il a parlé d'une "vigilance accrue" de l'armée allemande dans le pays, sans exclure que les exercices de formation puissent reprendre "dans les prochains jours". 160 soldats allemands sont actuellement en Irak.

Le porte-parole allemand a évoqué une décision prise par l'armée allemande en concertation avec d'autres pays assurant des missions de formation militaire dans la région, mais sans donner de détails. La mission de formation néerlandaise en Irak a elle aussi été suspendue jusqu'à nouvel ordre. Une cinquantaine de soldats néerlandais entraînent les forces kurdes dans la ville d’Erbil.

Côté français, pas encore de mesures de rappel ou de suspension des TF Narvik et Montsabert mais de la "vigilance". Les Task Force Narvik et Monsabert constituent le « pilier formation » de l’opération Chammal, contribuant ainsi à l’autonomisation des forces de sécurité irakiennes.

Lignes de défense


L'actualité de la défense d'est en ouest.
Aller sur le site

Publication : mercredi 15 mai 2019